Ville de Haute-Loire, Station Verte des Portes d’Auvergne
Saint-Paulien, Mercredi 20 Février 2019, 3 °C, Ensoleillé
Saint-Paulien, ville de Haute-Loire en Auvergne
Trame historique de Saint-Paulien

En italique  la source historique de chaque événement.

Main de bronze sur laquelle figure une inscription en grec qui signifie « signe de reconnaissance pour les Velauni », présumée du IIe siècle AV.J.-C.
Symbole d’entente, sorte de passeport pour les commerçants marseillais empruntant la route de l’étain à travers le pays des Vellaves. Camille JULLIAN

Oppidum d’une dizaine d’hectares à Marcilhac, à 3 km à l’ouest de Saint-Paulien, sur le plateau qui domine le château de la Rochelambert, daté de la Tène finale c’est à dire de la période précédant immédiatement la conquête de la Gaule (52 AV.J.-C..). Fouilles Alain QUINQUETON

Épisodes de la guerre des Gaules :

février 52 avant J.C. :
Jules César part chez les Helviens  et passe les Cévennes (col du Pal) malgré six pieds de neige. Il débouche chez les Vellaves* , ordonne à ses cavaliers de s’étendre le plus loin possible et de jeter le plus de frayeur possible chez les ennemis. Il ne reste que 2 jours en ces lieux avant de rejoindre Vienne. Il confie ses troupes à Brutus et lui recommande de faire des incursions de cavalerie de tous côtés. (On peut raisonnablement penser que l’oppidum de Marcilhac a été attaqué au cours de l’hiver 52.) Jules CESAR VII, 8

juin 52 :
Vercingétorix lance les Gabales et les Vellaves* contre les Helviens de la province.
A leur tour, les Helviens  attaquent les Vellaves* ; ils sont repoussés et perdent Caïus Valérius Domnotaurus, fils de Caburus, chef de leur cité. Ils sont rejetés dans leurs oppida à l’abri de leurs remparts. Jules César VII, 64 et 65.

septembre 52 :
Participation d’un contingent vellave à la dernière bataille d’Alésia. Les Vellaves* font partie du contingent des 35000 Arvernes prévus pour secourir Alésia.

* César confond souvent les Arvernes avec les Vellaves. Il dit des Vellaves qu’ils sont depuis longtemps sous la domination des Arvernes. Jules CESAR, VII, 75
(QUESTION : Vercassivellaune, cousin et fidèle de Vercingétorix, l’un des quatre chefs de l’armée de secours d’Alésia, était-il Vellave ?)

octobre 52 :
Après Alésia, César fait partir Caïus Caninius Rébilus avec une légion (la Ière ou la Xe ?) pour hiverner chez les Ruthènes. (La légion de Caïus Caninius Rébilus emprunta certainement les antiques chemins gaulois conduisant d’Alésia à Rodez à travers le pays des Vellaves. C’est, me semble-t-il, la seule route directe possible). Jules CESAR, VII, 90

1er août an XII  AV.J.-C.
Les représentants des 60 cités de la Gaule Chevelue sont regroupés à Lyon autour de l’autel du confluent dédié aux dieux dominateurs du monde : la ville de Rome et l’empereur Auguste – ROMAE ET AUGUSTO -.Camille JULLIAN
Parmi ces représentants, il y a les Vellaves. C.J. (PLINE, IV-105-9).
Les Vellaves forment désormais une cité distincte des Arvernes, libre de tout autre lien que l’attache à Rome et à César. C.J. (PLINE, IV, 109).

Sous le règne d’Auguste (27 AV.J.-C. – 14 AP.J.-C).
Fondation de Ruessio, ville chef-lieu des Vellaves. L’urbanisation s’est poursuivie sous  TIBERE (14-37). Fouilles M-C PIN
La date exacte de la fondation de la ville n’est pas connue.
Son nom apparaît dans un certain nombre de textes du monde antique : Géographie de PtoléméeCarte de Peutinger, Anonyme de Ravenne.

Sous le règne de Claude (41 -54)
Ruessio reçoit le titre de colonie. Dédicace à Claude. (47)
La cité est administrée par des duumvirs ; un nommé Nonnius Ferox a été deux fois duumvir des Vellaves. Le père de ce Nonnius a été receveur des mines de fer (s’agit-il de la mine de Saint-Geneys?) C.J. (C.I.L. XIII, 1576 – 1577).

Sous le règne de Caracalla et après 217
Le nom du peuple passe à la capitale.
De même que Lutecia est devenue la cité des Parisiens ou Parisi, Ruessio est devenue la cité des Vellaves, CIVITAS VELLAVORUM ou VELLAVI et sera ainsi nommée désormais. Cette chose se produisit dans 40 cités ; un seul et même nom désigne le chef-lieu et son territoire. C. J(C.I.L. XIII, 1591 – 1592 – 1614).

Sous le règne de Maximin le Thrace (235 – 238)
Réparation des routes endommagées par le temps. Borne milliaire de Bourbouilloux (237). C.I.L.XIII, 8874

Sous le règne de Gordien III (238 – 244)
Hommage de la CIVITAS VELLAVORUM à Furia Sabina Tranquillina, épouse de Gordien III. Dédicace à Tranquilline. C.I.L. XIII, 1614

Sous le règne de Trajan Dèce (249 – 251)

Hommage de la CIVITAS VELLAVORUM à Herennia Etruscilla, épouse de Trajan Dèce. Dédicace à Etruscille. C.I.L. XIII, 1591

Vers 257
Premières invasions. Une bande d’Alamans conduite par un roi du nom de Chrocus aurait détruit le temple de Vassogalate chez les Arvernes et descend par le Gévaudan jusqu’à Arles où il est pris. Il a pu passer par le Velay, mais ce n’est pas attesté. Grégoire de Tours
Après 276, Probus délivre la Gaule.

Entre 300 et 480 (date incertaine)
Arrivée de Georges, premier évêque de RUESSIO et évangélisation du Velay.
Vie légendaire de Georges envoyé par Pierre en compagnie de Front, décédant en chemin et ressuscité grâce au bâton de Pierre ; ledit bâton a été vénéré dans l’église Saint-Georges pendant des siècles. Pierre POMMAREDE

Sous le règne de Constantin (307 – 337)
Constantin réunit les évêques en concile à Arles en 314. Genialis, diacre, de Javols était présent et a signé. Camille JULLIAN
La présence d’un Vellave n’est pas attestée, mais on peut penser qu’à cette date, dans la cité des Vellaves comme dans la cité voisine des Gabales, l’évangélisation est en cours et que Georges, premier évêque, exerce ou a déjà exercé son ministère.

375
Invasion des Huns et entrée des Goths dans l’empire.
Tassement de l’habitat dans un réduit légèrement fortifié et abandon progressif du site de RUESSIO au profit de celui du Puy. Camille JULLIAN

 

Entre 430 et 530 (date incertaine)
Un capitaine nommé Illidius de la ville de Vellavi fut informé par une colombe d’avoir à se porter au secours de Brioude attaquée par les Burgondes. ce qu’il fit promptement ; il massacra les Burgondes et ramena dans la cité de Saint-Julien, martyr, les prisonniers qu’ils avaient faits. Grégoire de Tours

591
Un homme qui ne craignait pas de se dire le Christ, suivi de plus de 3000 individus, entra dans le Velay et se rendit au lieu qu’on appelle Anicium. Aurélius était alors évêque de ce diocèse. Grégoire de Tours
(C’est la première fois qu’apparaît dans un texte le nom d’Anicium qui n’est encore que locus. On peut donc penser que et donc pas encore civitas).

890
ecclesia sancti Georgii in Vetulae praestio civitatis.
Hervé Ier, abbé de Tournus, acquiert pour son monastère d’Armand II, fils du vicomte Armand Ier, de grands biens dans le comté de Velay avec l’église Saint-Georges, au faubourg de la vieille cité. Preuves de la maison de Polignac.

940
Un acte du cartulaire de Brioude fait mention de la vicaria de Civitate Vetula, c’est à dire de la viguerie dont le chef-lieu est civitas vetula, cité vieille, la cité « neuve » n’étant plus ici. Martin de Framond.

994
Tenue d’un concile régional dans la cité vieille portant sur La Paix de Dieu rassemblant les évêques suivants : Pierre de Viviers, Gui de Valence, Bégon de Clermont, Raimond de Toulouse, Deusdet de Rodez, Frédols d’Elnes, Fulcran de Lodève, Guy de Glandèves et Gui du Puy. Dagbert de Bourges et Thibaud de Vienne ont approuvé les disposions prises. Cartulaire de Sauxillanges.

1165
Confirmation du pape Alexandre III des dons et privilèges faits à l’église du Puy…. Dénombrement des châteaux de Chasteaunef, Sainct Paulhien, Chomelix, Grazac, Sainct Geneys, Montredon, … Preuves.

1234
Accord entre Pons, curé de Vernassal et Pons de la Tour, chevalier, sur leurs droits respectifs en fief et en alleu dans la paroisse de Vernassal où le vicomte de Polignac possédait 9 mas, et où il est fait mention de Vernassals, Chantagrell, Darsac, Montaniat, Pozols, Ampillac, Boisseiras, Monteill, .. Preuves.

1254
Pierre de la Rochelambert est Commandeur de la Commanderie de Montredon de l’Ordre du Temple

22 juin 1307
Vente par Guillaume-Armand VII, vicomte de Polignac, à la collégiale de Saint-Georges de Saint-Paulien; des dîmes du village de Vernassal, au prix de 360 livres tournois.

1321
Procès-verbal de délimitation du baillage d’Auvergne et des sénéchaussées de Beaucaire et du baillage du Velay.
Lieux cités comme faisant partie du baillage d’Auvergne :
Castrum de la Bastida, Fis, La Mongia, Sancti Pauliani, Sancti Genezii, Chavanhac, [del] Cros, Sofflart, Conhac, Mazel, las Ynhas, Jabreulh, Crenilhac, Sancti Justi, lo Pescheir,…

août 1562
Blacons, chef protestant, lieutenant du baron des Adrets, s’empare de Saint-Paulien, de La Chaise Dieu, du château de La Rochelambert. Antoine de Saint-Just, chaud partisan de la réforme, aurait pris part à cette campagne. Arnaud – Saby

13 mars 1570
Baptême de Gaspar CHABRON de la paroisse Saint-Georges. Il sera docteur en droit, avocat et juge de la vicomté de Polignac. Il nous a laissé une Histoire de la maison de Polignac. ADHL 6E 240

1575
Restauration du château de la Rochelambert par François de la Rochelambert puis par sa veuve Hélène de Lestrange. La construction du château tel qu’il existe aujourd’hui est terminée en 1585. Les Beaux domaines 1907.

1589
Le sieur de Saint-Didier, capitaine protestant, attaque Blanzac où se trouve une garnison ligueuse. Il la déloge après lui avoir tué plusieurs hommes et il saccage le village. Arnaud.

1593
En août, le duc de Nemours, chef ligueur, saccage le bourg de Saint-Paulien, le fait démanteler en partie et y met garnison. Saint-Geneys est également démantelé par les troupes du « prince catholique ». En septembre, le capitaine Lapierre, du parti du roi, reprend Saint-Paulien et répare les fortifications« . Arnaud.

1731
Naissance à Saint-Paulien le 20 juin 1731 de Pierre Julien, sculpteur, Grand Prix de Rome, membre de l’Institut, de la Légion d’honneur, mort à Paris en le 17 décembre 1804. Sa maison natale où son père était maître menuisier était située rue du Michalat. R.M.

1754
Passage de Louis Mandrin à Fix le 24 décembre à l’heure où les fidèles sortent de la messe de minuit. Mandrin et sa bande assistent à l’office du jour, stationnent jusqu’à 11 heures puis repartent par la route des crêtes en direction de La Sauvetat. Saby

1757
Publication de « l’art de naviguer dans les airs » par Claude Galien d’Adiac dit le père Joseph, théologien dominicain, né à Saint-Paulien en 1685, mort en Avignon en 1762. B.M. Le Puy F.C B 2644

novembre 1783
Érection de la vicomté de Polignac en duché. Réunion des terres et seigneuries de Polignac, Saint-Paulien, La Voute, Loudes, Craponne, Chalancon, leurs appartenances et dépendances en un seul corps nommé le duché de Polignac. Rattachement de ce duché au pays de Velay, province de Languedoc.

1791
Vente des biens nationaux. Enchères aux « feux ». La plus grande partie des biens nationaux vendus sont des biens de première origine (clergé). Ils sont le plus souvent acquis par des notables du lieu ou des environs.
Les biens nationaux de seconde origine mis en vente sont peu nombreux. Ils concernent les familles Polignac, Lafayette, Bonneville et Chabron de Soleilhac ( biens acquis par le gendre Pierre Richard de la Chaise-Dieu.) André Brochier

1868
Percement du tunnel de Fix, 2118 mètres de long. La ligne Le Puy – Saint-Georges est inaugurée le 18 mai 1874. Chervalier

1896
Changement de nom. Le 10 août 1896, la commune de Saint-Just-près-Chomelix reprend son nom révolutionnaire de Bellevue-la-Montagne. Pendant la période révolutionnaire, Saint-Paulien s’appelait Velaune, Saint-Geneys-de-Fix, Fix-la-Montagne et Saint-Julien-de-Fix, Fix-Villeneuve. R.M.

1902
La ligne Darsac-Ambert est déclarée d’utilité publique en 1881 ; le tronçon Darsac-Arvant est mis en service le 15 septembre 1902. Sembadel-Gare doit sa naissance à la mise en service de cette ligne. Il n’existait alors en ces lieux qu’une simple « baraque » servant de relais aux diligences circulant entre Le Puy et Ambert. A Darsac existait un très ancien village qui se développa surtout à partir de l’ouverture de cette ligne,  Darsac devenant alors une gare de bifurcation. Chervalier

1944
Combats du 20 juillet 1944 à Saint-Paulien
En août, la Résistance dynamite le pont de Bourbouilloux sur la route de Saint-Paulien à Allègre (le 12 août) et le pont médiéval de Borne (le 19 août). Combat de Bellevue (le 18 août).  R.M.

Les combats du 20 juillet 1944 à Saint-Paulien

Résumé par Roger Maurin

Ces combats ont opposé des maquisards F.T.P.F. du camp Wodli à une unité allemande.

Le jeudi 20 juillet, un groupe de 9 maquisards étaient en mission de ravitaillement à Saint-Paulien. Ils avaient posté 1 fusil mitrailleur (F.M.) à l’entrée sud du bourg. Un convoi allemand venant du Puy débouche devant la gendarmerie. Les 2 sentinelles tirent ; des Allemands sont tués, d’autres blessés. Les 7 hommes restés dans le bourg se replient et rejoignent leur base dans la région d’Allègre.

Théo Vial Massat

Les maquisards qui se trouvaient alors au camp décident, contre l’avis de leurs chefs, de se porter au secours de leurs 2 camarades et à bord d’une traction et de deux camions partent pour Saint-Paulien en ordre dispersé.

Près de la ferme de Bourbouilloux, les 5 hommes de la traction se trouvent face à face avec les Allemands, un seul pourra s’enfuir. Un peu plus tard arrive le premier camion. Le tireur du F.M. sera tué mais il va permettre à tous ses camarades de se replier en suivant le lit du Bourbouilloux. Le second camion arrive à son tour quelques instants plus tard. Il tombe dans une embuscade tendue par les soldats allemands au lieu-dit Champagne à l’emplacement où se dresse aujourd’hui la stèle commémorative. 7 maquisards seront tués et au moins 2 seront faits prisonniers et mourront en déportation.
Le lendemain 21 juillet, des résistants d’Allègre viendront recueillir les corps des maquisards tués qui seront inhumés dans le cimetière de cette ville.

Le texte intégral de cette étude a été publié dans le numéro 81 du bulletin 2005 de La Société Académique du Puy en Velay et de la Haute-Loire.