Ville de Haute-Loire, Station Verte des Portes d’Auvergne
Saint-Paulien, Samedi 13 Août 2022, 27 °C , Ensoleillé
Vidéo intégraleCLIQUEZ ICI
XXe siècle

1902
La ligne Darsac-Ambert est déclarée d’utilité publique en 1881 ; le tronçon Darsac-Arvant est mis en service le 15 septembre 1902. Sembadel-Gare doit sa naissance à la mise en service de cette ligne. Il n’existait alors en ces lieux qu’une simple « baraque » servant de relais aux diligences circulant entre Le Puy et Ambert. A Darsac existait un très ancien village qui se développa surtout à partir de l’ouverture de cette ligne,  Darsac devenant alors une gare de bifurcation. Chervalier

1944
Combats du 20 juillet 1944 à Saint-Paulien
En août, la Résistance dynamite le pont de Bourbouilloux sur la route de Saint-Paulien à Allègre (le 12 août) et le pont médiéval de Borne (le 19 août). Combat de Bellevue (le 18 août).  R.M.

Les combats du 20 juillet 1944 à Saint-Paulien

Résumé par Roger Maurin

Ces combats ont opposé des maquisards F.T.P.F. du camp Wodli à une unité allemande.

Le jeudi 20 juillet, un groupe de 9 maquisards étaient en mission de ravitaillement à Saint-Paulien. Ils avaient posté 1 fusil mitrailleur (F.M.) à l’entrée sud du bourg. Un convoi allemand venant du Puy débouche devant la gendarmerie. Les 2 sentinelles tirent ; des Allemands sont tués, d’autres blessés. Les 7 hommes restés dans le bourg se replient et rejoignent leur base dans la région d’Allègre.

Théo Vial Massat

Les maquisards qui se trouvaient alors au camp décident, contre l’avis de leurs chefs, de se porter au secours de leurs 2 camarades et à bord d’une traction et de deux camions partent pour Saint-Paulien en ordre dispersé.

Près de la ferme de Bourbouilloux, les 5 hommes de la traction se trouvent face à face avec les Allemands, un seul pourra s’enfuir. Un peu plus tard arrive le premier camion. Le tireur du F.M. sera tué mais il va permettre à tous ses camarades de se replier en suivant le lit du Bourbouilloux. Le second camion arrive à son tour quelques instants plus tard. Il tombe dans une embuscade tendue par les soldats allemands au lieu-dit Champagne à l’emplacement où se dresse aujourd’hui la stèle commémorative. 7 maquisards seront tués et au moins 2 seront faits prisonniers et mourront en déportation.
Le lendemain 21 juillet, des résistants d’Allègre viendront recueillir les corps des maquisards tués qui seront inhumés dans le cimetière de cette ville.

Le texte intégral de cette étude a été publié dans le numéro 81 du bulletin 2005 de La Société Académique du Puy en Velay et de la Haute-Loire.