Ville de Haute-Loire, Station Verte des Portes d’Auvergne
Saint-Paulien, Mardi 04 Août 2020, 10 °C, Ensoleillé
Vidéo intégrale CLIQUEZ ICI
A La Une

Le pont de la Sablière a 130 ans.

21/07/2020
Le pont de la Sablière a 130 ans.

Au XIXe siècle, le ruisseau de Bourbouilloux était franchi à gué au lieudit La Sablière sur le chemin de Saint-Paulien à Borne. Ce chemin rejoignait sur le plateau de Champagne la très ancienne « route » du Puy à La Chaise-Dieu et à Allègre qui, ni l’une ni l’autre, ne traversait Saint-Paulien.

 En 1888, un très grand nombre d’habitants de Saint-Paulien présente au conseil municipal une souscription « dans le but d’une construction d’une passerelle sur le ruisseau de Bourbouilloux à l’endroit de la Sablière »[i]. Cette souscription a produit la somme de deux cent soixante neuf francs et les souscripteurs -dont nous ignorons les identités- demandent au conseil municipal une subvention pour permettre de couvrir la dépense.

 Le 12 février 1888, le conseil municipal est réuni sous la présidence de monsieur Emile de Ribier, maire. Le maire présente la demande au conseil, il est d’avis que la dépense ne sera pas considérable et il pense qu’une subvention de deux cent cinquante francs environ pourra suffire. Le conseil autorise le maire à prélever soit sur les dépenses imprévues s’il en reste, soit l’article réservé.

 Aux élections des 6 et 13 mai 1888, la liste conduite par Emile de Ribier est battue et c’est Jean Bertrand qui sera élu maire le 20 mai. Il semble bien que ce changement de municipalité n’ait pas affecté la construction du pont. En effet, lors de la séance du conseil du 11 novembre 1888, on apprend que les dépenses pour achever le pont de la Sablière commencé sous l’administration précédente s’élèvent à la somme de deux cent trente six francs huit centimes. On peut en déduire que ce 11 novembre 1888, il y aura 132 ans cette année, le pont de la Sablière était terminé.

 Le tablier du pont est constitué de 4 poutrelles d’acier de 22 cm de profondeur reliées entre elles par du béton. La longueur totale de chaque poutrelle peut être évaluée à environ 7 mètres. La portée entre les culées maçonnées est de 4 mètres 50. Un parapet métallique était établi de chaque côté, il permettait aux promeneurs de s’y accouder pour observer le ruisseau et les poissons, vairons et goujons, autrefois nombreux dans l’eau claire. Il pouvait également permettre au noctambule à la démarche incertaine de franchir sans crainte le ruisseau en évitant de tomber à l’eau.

 Ce pont a été construit à une époque où les véhicules qui l’empruntaient étaient tractés par des animaux, paire de bœufs ou chevaux. L’empattement de ces véhicules : chariots, faucheuses ou moissonneuses, ne dépassaient jamais les 2 mètres 70, largeur du tablier.

Les employés communaux ont récemment consolidé les culées, ce qui, à ma connaissance, n’avait jamais été fait depuis au moins 80 ans. Jusqu’à ce jour les poutrelles n’ont pas plié mais la surface du tablier en béton, doucement s’érode et se creuse.

De nos jours, ce pont n’est plus adapté à la circulation de lourds engins aussi la municipalité a décidé de l’interdire aux véhicules de plus de 3,5 tonnes, un arrêté du maire a été pris en ce sens et une signalisation adaptée mise en place de part et d’autre du pont. Espérons que cette interdiction sera respectée notamment lors de la fermeture prochaine de la D 13 pour rectification de la voie à hauteur du pont de Bourbouilloux.                             R.M.

[i] Archives communales de Saint-Paulien- ADHL. E-dépôt 626/12

Laisser un commentaire
Nom / Pseudonyme
E-mail (non-diffusé, utilisé pour valider votre commentaire)
Site internet (optionnel)
Commentaire
Commentaires