Ville de Haute-Loire, Station Verte des Portes d’Auvergne
Saint-Paulien, Dimanche 20 Août 2017, 22 °C, Ensoleillé
Vidéo intégrale CLIQUEZ ICI
A La Une

La chapelle de Chasseleuil

09/03/2017
La chapelle de Chasseleuil

Publié le 20 juin 2011 par Roger Maurin

Une petite chapelle à découvrir.

Aux confins de la commune, dominant le village de Chasseleuil, s’élève une petite chapelle. De là-haut, le point de vue est magnifique. Vers l’est, au delà de la vallée de la Loire, on aperçoit les sucs du Meygal ; au sud, tandis que se dessine devant nous, la forteresse de Polignac, le Mézenc, au loin, barre l’horizon ; à l’ouest, la chaîne du Devès déroule ses gardes rebondies. Au nord enfin, la masse sombre du Mont Courant défend les lieux contre l’âpre bise. Un superbe endroit pour découvrir les paysages du Velay.

La petite chapelle de Chasseleuil est dédiée à Sainte-Madeleine, sainte qui avec quelques autres, Saint-Ladre, Sainte-Marthe, Saint-Roch, Saint-Sébastien guérissent ou protègent les malades.

D’après Albert Grenier, leurs noms qui jalonnent les anciennes voies nous en conservent le souvenir. Un très ancien chemin, celui du Puy à Vorey passe à proximité. Il était alors impossible de suivre la vallée de la Loire même à pied et le voyageur était obligé de monter sur le plateau par Cheyrac et la Côte de Loulette avant de redescendre vers Vorey et au delà vers le Forez.

La petite chapelle appartenait aux moines de l’ordre de Grandmont établis près de Saint-Vincent, au monastère de Viaye-les-Moines, depuis 1181. L’ordre de Grandmont sera supprimé en 1772 et la chapelle est aujourd’hui un bien de section, propriété des habitants du village de Chasseleuil, en patois « Tchassaveuï », c’est-à-dire vieilles maisons. On raconte, sans trop de certitude, que les premiers religieux se seraient établis non pas à Viaye, mais à « Tchassaveuï », position de hauteur. Le hameau serait né de cette installation.

La chapelle s’est endormie dans ses atours d’origine. Enduits à badigeon à l’intérieur, talochés à l’extérieur, lui conservent son charme d’antan, seul le toit aurait besoin de quelques retouches. Le clocheton a un certain air de ressemblance avec ceux des églises bâties en Amérique du Sud et donnerait à croire qu’elle fut construite au XVIIe siècle. Mais les croisées d’ogive des voûtes des deux travées de la nef inclinent à penser qu’elle est bien plus ancienne et que sa construction remonte au moins au XVe siècle.

Une belle promenade pour les amoureux de vieilles pierres.

Laisser un commentaire
Nom / Pseudonyme
E-mail (non-diffusé, utilisé pour valider votre commentaire)
Site internet (optionnel)
Commentaire
Commentaires